ou

Actif dès l’ouverture de la Clinique Saint-Luc, le Service de Cardiologie ne cesse de se perfectionner afin d’offrir au patient une qualité de soins optimale. Cette démarche se base sur une technologie de haut niveau associée à la préservation de la dimension humaine indispensable à toute médecine de qualité.

C’est dans ce sens qu’au fil des années, le Service s’est étoffé de jeunes médecins apportant à chacun une connaissance pointue dans les techniques évoluées que nous connaissons actuellement. C’est également avec l’aide de médecins généralistes et d’assistants spécialistes ainsi qu’avec l’aide d’un staff infirmier motivé et performant qu’un suivi au jour le jour proche du patient est réalisé dans le service d’hospitalisation.

Le service de Cardiologie compte actuellement 37 lits d’hospitalisation dont 8 lits en soins plus aigus avec les moyens techniques nécessaires pour une surveillance performante et complète du patient.

Certains examens ne se pratiquent qu’en hospitalisation et d’autres examens peuvent se pratiquer en consultation et en hospitalisation. Merci de cliquer sur le lien afin d’avoir la définition que vous recherchez :

Un examen qui visualise l’activité électrique du coeur.
Peuvent être détectés alors les troubles du rythme cardiaque, les troubles de la conduction électrique du coeur, les maladies dites ischémiques telles que les infarctus récents ou anciens, les angines de poitrine, les maladies du muscle cardiaque en général telles que l’hypertrophie du coeur (chez les hypertendus, chez les malades porteurs d’un problème de valves cardiaques, chez les sportifs, les gros coeurs familiaux, …).

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Visualisation du cœur et de tous ses composants par ultrasons (comme les échographies du foie, des reins, etc.). Analyse de la fonction du cœur dans sa globalité ou plus particulièrement dans chacune de ses partie dans le cadre de la recherche de décompensation cardiaque, d’infarctus du cœur, mesures des parois cardiaques pour rechercher une hypertrophie, et visualisation et analyse de la fonction des valves du cœur.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Examen réalisé à jeun.
La sonde d’échocardiographie est introduite dans l’œsophage du patient avec sa collaboration, cet accès permet de visualiser des régions du cœur non visibles par l’échographie transthoracique. Cela permet de déceler une source éventuelle de petits caillots pouvant expliquer alors certains accidents vasculaires cérébraux ou embolie. Par ailleurs, cet accès permet également de mieux visualiser les maladies des valves cardiaques.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Ce test est réalisé dans notre service sur un vélo et a pour but de mettre en évidence l’apparition de signes de souffrance du coeur lors d’un effort progressif signant une éventuelle angine de poitrine.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Même épreuve d’effort que précédemment décrite mais associée à l’injection d’un isotope qui se fixant au niveau du cœur permet la visualisation de celui-ci
par scintigraphie.
En cas de répartition inégale de l’isotope au sein du cœur, on peut détecter une éventuelle angine de poitrine.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

La Persantine est un médicament qui, administré par voie intraveineuse à forte dose, dilate tous les vaisseaux en dilatant moins un vaisseau qui serait malade.
L’association à l’isotope permet donc également de visualiser des régions du cœur qui seraient moins bien perfusées, donc moins bien visibles que d’autres.
Cet examen se réalise en position couchée et pour cet examen, il est indispensable de ne pas prendre le matin de l’examen, du thé, du café, du coca-cola, du chocolat ou manger des bananes qui pourraient fausser l’examen.
Certains médicaments sont également à stopper sur avis de votre cardiologue.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Ces examens permettent d’enregistrer les battements du cœur soit non stop durant 24 heures pour le Holter, soit de façon discontinue pendant plusieurs jours pour le RTest ce qui permet de détecter d’éventuelles arythmies ou de ralentissement du cœur dans les bilans de palpitations, malaises ou syncopes.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Par le port de cet appareil relié à un brassard au niveau du bras, la tension est enregistrée de façon régulière tout au cours des 24 heures, nuit et jour, et permet d’apprécier le degré d’hypertension ainsi que de confirmer le diagnostic d’hypertension. Cela permet également de faire un suivi du traitement.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Le pacemaker est une pile qui, relié au cours d’une intervention par des sondes dans les cavités cardiaques, permet d’entraîner le cœur lorsque le réseau électrique propre du cœur du patient est défaillant. Les contrôles de ces pacemakers se font en consultation externe.

Examen réalisé tant en consultation qu’en hospitalisation

Cet examen consiste à visualiser par radiographie les artères coronaires (vaisseaux nourriciers qui forment une couronne autour du cœur).
Il est réalisé dans une salle spéciale où le cardiologue, habillé stérilement, introduit , sous anesthésie locale, par une artère du pli de l’aine où une artère du poignet, un fin cathéter (tuyau creux), qu’il guide de manière indolore jusqu’au niveau du cœur. Ce cathéter est positionné à l’embouchure des artères du cœur et du produit opaque aux rayons X est filmé lors de sa progression dans les artères du cœur au moyens d’un tube à rayons X qui tourne autour de la table où se trouve étendu le patient.
En fonction de l’expertise diagnostique et de la mise en évidence de rétrécissements coronaires, un traitement par médicament, dilatation ou pontage aortocoronaire sera envisagé.

Examen réalisé uniquement en hospitalisation

L’angioplastie coronaire ou dilatation coronaire ne se déroule que si elle est indiquée lors de l’examen diagnostique d’une coronarographie.
Le cathéter creux est laissé en place à l’embouchure de la coronaire. A l’intérieur de celui-ci, un fin filament est guidé par le cardiologue au delà du rétrécissement coronaire. Un ballon est gonflé à l’endroit du rétrécissement et le plus souvent un stent (petit treillis métallique constitué de mailles) est déployé à l’endroit du rétrécissement pour permettre à l’artère de retrouver un calibre normal.
En cas d’infarctus (compromission de l’irrigation du muscle cardiaque par l’occlusion d’une artère nourricière du cœur par un caillot de sang), quatre cardiologues interventionnels sont de garde à tour de rôle pour intervenir le plus rapidement à tout moment du jour ou de la nuit.

Intervention uniquement réalisée en hospitalisation

Cet examen permet d’étudier en détail l’activité électrique du cœur.
Il détecte des problèmes d’activité électrique trop lente (bradycardie) ou trop rapide (tachycardie) et en étudie les mécanismes. Il est réalisé dans la même salle que la coronarographie et selon les mêmes principes sauf que les cathéters (deux ou trois selon le problème étudié) sont introduits par la veine au lieu de l’artère.
En fonction des résultats, une attitude thérapeutique est proposée : indication de pacemaker (stimulateur cardiaque permanent), de traitement médical ou d’ablation d’un circuit électrique anormal qui peut être réalisé dans le même temps.

Examen réalisé uniquement en hospitalisation

L’ablation consiste en l’application dans le cœur via des cathéters et des électrodes, d’un courant de haute fréquence qui dégage de la chaleur et qui permet d’engendrer une coupure dans des circuits électriques anormaux et responsables des tachycardies, à savoir des accélérations du cœur mal ressenties.
Différents traitements d’ablations sont proposés. Certains très simples et courantes, d’autres plus compliquées nécessitant des manœuvres plus spécialisées, ce qui peut entraîner un examen de plus longue durée.

Intervention uniquement réalisée en hospitalisation

Dans certains cas précis du troubles du rythme cardiaque comme la fibrillation auriculaire, le flutter auriculaire, les tachycardies ventriculaires, des chocs électriques peuvent être appliqués sur le patient afin d’obtenir une disparition de ses arythmies.
Ces chocs peuvent être réalisés soit par voie externe sur le thorax du patient, ou par voie interne par un cathéter introduit au niveau du cœur. Ces chocs se font pour les chocs externes sous anesthésie générale courte au lit du patient sans intubation nécessaire.

Intervention uniquement réalisée en hospitalisation

En cas de ralentissement trop important du cœur, un pacemaker doit être implanté en dessous de la peau sur le thorax et ce pacemaker relié au cœur par des sondes entrant dans le cœur par une veine, ce pacemaker est une pile qui administre des battements lorsque le cœur du patient est défaillant.

Intervention uniquement réalisée en hospitalisation